Chroniques de l’Hunfini – L’éclat d’Opaze

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

“ Hey toi le simplet, qu’est-ce que t’attends?
_
Que, quoi, moi? Bégayais-je après avoir regardé autour pour savoir à qui le garde s’adressait.
_ Ouai toi…

_ J’admirais la vue, c’est ma première fois.

_ Si tu veux admirer mieux la vue, c’est le quartier Nord-est mon gars. Allez circule, et oublies pas de rentrer couvert!” S’esclaffe-t’il.

Les joues rouges, j’allais lui poser une question mais un gargouillement venus du plus profond de mes entrailles, sans doute même d’une dimension parallèle, m’incita à franchir l’immense arche de pierre. C’était un passage large d’une dizaine de mètre au milieu d’un mur gigantesque. Haut d’une quinzaine de mètres, il devait s’étendre sur des dizaines de kilomètres, cachant presque l’horizon… La ville mesure dix kilomètres à son diamètre d’après ce que m’a dit la caravane qui m’a conduit ici. Les marchands n’ont cessé de me vanter les beautés de la cité d’Opale durant tout ce mois en leur compagnie. Ce n’est rien en comparaison de ce que je contemple lorsque je franchis le seuil de la muraille… Une immense allée me fait face où s’aligne successivement artisans et logements, les grandes cheminées des haut-fourneaux au loin crachent la fumée noire dans le ciel, des enfants courent dans la rue, des adultes plaisantent, hurlent des bonnes affaires, un ou deux prophètes de mauvais augure, et… Et cette odeur décapante.

*Bleuuuurgh!*

 

J’avais à peine eu le temps de me retourner dans un coin du renforcement du mur. C’était donc une dimension parallèle, moi qui pensais n’avoir déjà plus rien dans le ventre.

”Ho ho, mon gars ça va? Nouveau en ville apparemment?
_ Ouai, comment avez-vous deviné? répondis-je sur un ton ironique, Je…” Ce qui s’offrait à mon regard dépassait de loin les dires de mes compagnons de voyage. Moi qui me disait que la barrière était impressionnante, le centre de la métropole allait bien au-delà… Trois immenses Tours semblables à des défenses trônaient en cercle, orientées les unes faces aux autres. Du haut de leur centaine de mètres, elles avaient l’air de défier les cieux eux-mêmes au milieu de ces bâtiments vétustes. Elles étaient reliées par une enceinte circulaire haute d’une trentaine de mètres. L’édifice formait une mystérieuse zone, mais le plus étrange c’était son éclat. Il était fait dans un matériau inconnus, cristallin avec une teinte de vert, orné de nuances multicolores, Il reflétait la lumière du… Maintenant que j’y pense, il n’y avait aucun astre dans le ciel. Etait-ce ces tours qui illuminaient le continent ou autre chose?
Elles sont belles pas vrai l’ami?
_ Je, ouai… Répondis-je le regard vague en essuyant le coin de mes lèvres, c’est quoi ce machin?

_ Le jardin royal, parait qu’il était là bien avant la construction de la ville, y a tout un tas de légendes qui court dessus. Ma préférée c’est que ça serait le crâne d’une créature des temps anciens. En tout cas, n’hésitez pas à le visiter si vous avez le temps.
_ Un crâne? Vous êtes sérieux, cette créature ferait un kilomètre de long et ces 3 tours, ça fout les chocottes!
_
Ce ne sont que des rumeurs, les tours sont creuses et servent de points cardinaux, on les distinguent de tout le continent. La plus proche c’est la tour Est qui indique la direction d’El Pimento, l’immense Volcan à l’opposé des Marches Sauvages, derrière nous. A gauche, c’est la tour Sud qui désigne le Trident, les montagnes là-bas. C’est la plus haute des Marches, le territoire confiné derrière le mur des Driens, celui que vous avez du longé en empruntant la route pour arriver ici. C’est là que vivent les Nems dans leur Cité-mine Nem’Rhod, où ils extraient les cristaux d’éther les plus concentrés de la région. Et enfin à droite, c’est la Tour Nord désignant la direction de Sofar, l’une des deux grandes îles de l’Archipel, un territoire à l’autre bout du continent. A l’intérieur  de l’enceinte siège le palais, au milieu du verger royal, un parc fourmillant d’activités pour se reposer.
_ Et l’ouest?

_ Quoi l’west, une tour Est, ça vous suffit pas? J’en sais rien, peut-être que le monstre s’est cassé une dent sur une proie. Allez, je file, je dois finir ma livraison. Si tu as d’autres questions, va voir l’institut au pied de la tour Nord. Bonne journée l’ami!”

Un frisson me remonte l’échine, imaginer que cette ville gigantesque puisse s’animer d’un coup était une vision complètement absurde. Je chasse cette pensée, j’avais encore dix milles questions en tête et le ventre toujours vide. Je ne sais toujours pas ce que je faisais dans ce monde étrange. Je me suis réveillé, il y a un mois en plein milieu d’un champ, à l’autre bout du mur des Driens. Je me souviens des voitures, d’internet, des immeubles en béton, des filles en bikinis… les filles en bikini me manque, pas la pollution cela dit. Bref, pourquoi je suis tombé dans ce bordel féodale, j’en avais aucune idée. J’ai rejoins la route, puis me voila… Et maintenant? Même pas un pôle-emplois à l’horizon, c’est bien la première fois qu’ils me manquent, va falloir trouver une autre astuce pour payer le casse-dalle…

 

*Grrrraorrrrh*

J’avais pas eu fin comme ça depuis… J’en sais rien en fait. Je ne suis pas sur que ce soit le moment idéal de se lancer dans un jeûne… Mouais je me vois pas expliquer la vie à ces citadins en jouant les prophètes comme ces deux gus à droite:

“Manger cinq fruits et légumes par jour, faites 40 jours de jeûnes chaque années les amis, et vous vivrez un millier d’années.”

J’avais remarqué que pour commercer, ils utilisaient des cristaux transparents, de l’éther solide d’après ce que m’a dit le marchand sur le chemin, il m’a parlé des modeleurs, certaines personnes peuvent changer l’état des cristaux pour les transformer en objets diverses, ça reste assez rudimentaire d’après ce que j’ai observé, nous en avons croisé un sur la route qui maitrisait la géonite, les cristaux vert de la terre. Il y a aussi des rouges, la pyrite, du feu concentré et des bleus, de l’Aquite pour l’eau. Il a sculpté un de ses derniers cristaux en Couteau d’assez bonne qualité pour le vendre à la caravane, mais l’effort l’a essoufflé. Il m’a dit que les cristaux élémentaires étaient assez cher à se procurer mais qu’en les transformant on pouvait se faire une petite marge avec de la pratique. Apparemment dans ce monde, l’Ether fonctionne comme la lumière, en plus dense. On peut lui changer sa forme en utilisant les bons cristaux et une bonne dose d’imagination. On peut aussi utiliser les cristaux transparents, mais ils sont plus instable. Leur grande énergie est plus dure à modeler, ils sont plus pratique à échanger, à moins d’être utiliser dans de gros projets comme les constructions urbaines. Bref va falloir que je m’en procure quelques uns si je veux manger quelque chose… Allons voir ce fameux verger, y a peut-être moyen de faire un tour d’illusionniste ou deux, voir même un bonneteau, ils doivent pas connaître ici?

 

Je descend la grande rue, admirant les édifices, m’habituant à l’odeur nauséabonde mêlant moisissures et excréments divers (en fait non pas vraiment), mais au pied du mur, je me dis que la parois nacrée à l’aura verdoyante, est encore plus impressionnante. Je pose ma main sur la paroi pour sentir la texture. Il émane une étrange chaleur rassurante. Ma main glisse le long du mur jusqu’à la fameuse colonne Est. Sa chaleur est différente, plus intense et douce à la fois, comme si elle était vivante, mais loin de l’idée que je m’en faisait quelques minutes plutôt. J’aperçois le regard de travers du garde, il est soupçonneux, je lui lance mon grand sourire naïf de touriste. Il m’invite à rentrer dans le jardin, via l’étroit passage derrière son poste. Si la vue était impressionnante de l’extérieur, à l’intérieur, je n’ai pas de mot pour décrire mon émotion à part “Wooooohw”. Au pied des 3 colonnes géantes, se dresse une immense place. Tout le long de l’enceinte, est parcourus de bâtiments abritant différents artisans et commerces, étrangement semblable à des dents.  Des centaines d’arbres, fruitiers ou non s’élèvent un peu partout avec des gens jouant ou posés à leurs pieds… Au centre de la place il y a un grand lac circulaire, alimenté par un canal traversant la ville entière de l’autre coté. Des bateaux font la navette, chargés de marchandises et de passagers. A droite du canal, derrière l’étendue d’eau, se dresse le plus beau bâtiment que j’ai jamais vue, le palais d’Opale, Une demeure légèrement plus haute que l’enceinte, irradiant le même éclat que le reste. Il avait l’allure d’un temple mayas avec son grand escalier. L’ensemble des bâtiments du verger royal semblent faire partis d’un seul et même édifice et je commence à me demander si la légende en est vraiment une. Sa lumière cascade comme la lumière sur l’eau ondulante du lac, avec encore plus de couleurs. On aurait pu se croire en discothèque si les nuances n’étaient pas aussi apaisante. Et puis les musiques alentours sortent d’un autre âge, il y a de tout… J’aurai pu facilement perdre la notion du temps si la faim ne ravageait pas mes entrailles. Je ramasse quelques morceaux d’écorces et une graine. Je m’installe par terre, près d’une allée. Je commence mon petit cinéma, prenant le coup de main pour bouger habilement les 3 morceaux d’écorces. Peu à peu je prend de la vitesse et quelques badauds viennent m’observer. Je leur jette le regard du “maitre-qui-sait-ce-qu’il-fait”. Je m’arrête, leur montre la graine et la place sous l’écorce du milieux et c’est partit. J’enchaine les passes. La chaleur que je sentais dans mes mains tout a l’heure réapparait. Peu à peu je perds le contrôle de mes mains  alors que mes passes deviennent un étrange rituel dans mon esprit… Soudain, les jarres en aquite d’un livreur d’eau passant à quelque mètres, explosent. L’eau arrose les passants pour venir se stabiliser à ma portée. J’ouvre les yeux, les mains devant mon visage, pour apercevoir la flaque debout devant moi, attendant quelque chose. Les rares passants qui n’ont pas eu le temps de fuir, me regardent médusés.

“Un modeleur, un modeleur papa!” Crie un gamin extatique.

La griffe de la faim me surprend à nouveau, plus féroce. Je prend mon ventre à pleine mains et la flaque se gèle d’un coup. Elle tremble en crissant, de plus en plus vite. Les passant sentant que quelque chose ne va pas, s’enfuient. La sculpture de glace explose en projetant des glaçons à plusieurs mètres. C’est la panique.

“ QU’EST-CE QUE C’EST QUE CE FOUTOIR! GARDES, ARRETEZ-MOI CET ALCOOLYTE SUR LE CHAMPS!”

Un groupe de soldat venaient de surgir d’une des bâtisses d’opale, prêt à en découvre avec à leur tête, leur chef vêtus d’une cuirasse richement décoré d’argent gris et vert.

“Je comprend pas, qu’est-ce que… Dis-je complètement perdus.

_ Jon première classe Roust Willis, Alors l’ami on pense qu’on peut faire le mariole dans le verger royal, pour se faire bien voir auprès de la Contesse?
_ Attendez! C’est un malentendus, c’est mon disciple, pas un modeleur de l’autre folle, dit un nouvel arrivant. La cinquantaine, le sourire espiègle, la barbe longue et blanche, le foutus sosie de Gandalf! Mon dernier espoir… S’il vous plait messieurs, c’est un novice, il a encore du mal à modeler. J’en prends l’entière responsabilité! Je vais réparer les dégâts.
_ Ok Penter mais c’est bien parce que c’est vous, Allez-y j’attends, Répondit le jon séchement.”

Le vieux barbus se met à faire du tai chi… (Il fait du tai chi bordel!) jambe droite tendus vers le sol, un cercle du bras droit et le bras gauche glissant devant son menton, il rejoint ses deux mains en une prière qu’il projette en direction des pots cassés. Les éclats de glace éparpillés se rassemblent à leurs anciennes place, Ils sont comme neuf et leur contenus à l’intérieur, comme si je n’avais rien fait!

“Et voila l’ami, pas de soucis, que des solutions! Viens là toi, faut qu’on révise. A une prochaine Willis!
_ Hop hop hop, Penter, la prochaine fois que vous vous encombrez d’un lardon, veuillez en informer la garde. Ca évitera d’autres désagréments, surtout pendant ma pause, c’est la dernière fois”, ajouta Roust Willis, avant d’embarquer son unité dans la direction de la cantine qu’ils avaient quitté.”

 

L’inconnus me prend par la manche et me tire vers un autre établissement à l’opposé.
“Qu’est-ce qui s’est passé? Vous êtes qui? tentais-je entre deux pas maladroits.
_ Plus tard les questions, trouvons d’abords un endroit tranquille pour nous poser.”

On marche pendant cinq bonne minutes, contournant le lac avant d’entrer dans une autre demeure d’opale: “le loufoque fou”. Le panneau arborait un étrange animal à la frontière entre le loup et le phoque orné d’un grand sourire de psychopathe. Pourquoi ça ne m’étonne même pas?
“Hum, habitué de la maison, je me trompe? Lançai-je alors que je reprenais mes esprits.
_ Gagné l’ami! Dit Penter un sourire aux lèvres, aussi flippant que sur la pancarte.
_ Alors?
_ Alors deux pintes et choucroute à volonté!
_ Je… Ouai ok, j’ai trop faim pour refuser. Alors vous êtes qui?
_ Ah oui j’en oublie mes bonnes manières, Lars Penter pour vous amuser! Modeleur à ses heures, Amant le reste du temps! Dis-moi jeune apprentis ce que tu faisais dans le coin?
_ Et vous?
lançai-je en reculant ma chaise, prêt à partir.

_ On ne refuse pas une réponse à celui qui te payes à manger. Assis-toi et mange! Tu perdras la peau des os avant de franchir l’enceinte à ce rythme. Joues pas les mijorées, surtout quand je peux t’apprendre un tour ou deux.

_ Vous n’étiez pas là par hasard, n’est-ce pas?
_ Il n’y a pas de hasard, seulement des rencontres.
dit-il avec un clin d’oeil espiègle.

Philosophie zen à la con…
_ C’est quoi ce monde, qu’est-ce que je fous là?
_ On est tous là sur cette bonne vieille terre pour faire quelque chose.
_ J’aimerais bien faire autre chose qu’exploser des objets si possible.
_ C’est un bon début. L’Ether est un ami subtile à apprivoiser, il faut le respecter, danser avec lui.
_ D’où le tai chi?
_ Ca, c’était juste pour impressionner les soldats, c’est une métaphore!

_ Donc c’est de la télépathie?

_ Plus comme de l’empathie. On ressent ce monde à un autre niveau, comme si il faisait partie de nous. Quand tu marches, tu ne demandes pas à tes jambes de le faire, c’est automatique, tu sais qu’elles sont là. L’éther est un peu pareil pour nous modeleur, sauf que le monde est tellement vaste, que c’est comme avoir le pied sur une bombe nucléaire, hormis que tu dois la lancer à mains nus.
_ Ok j’ai pas tout compris mais je vois.
_ Non tu vois pas mais c’est pas grave, le poisson apprend à respirer avant de savoir nager.
_ Sérieux vous pouvez pas parler normalement!

_ Jamais le ventre vide! Ah voila nos plats, Merci Berangèle.” dit-il à la tavernière qui venait d’apporter les plats, une forte dame à la poitrine opulente et la crinière blonde fournis. (décidément ce monde est remplis de clichés…) “Tu sais que c’est une vrai bête au lit, cette dame l’ami?
_ Oh par pitié! J’ai eu une longue journée, tout ce que je veux c’est manger et dormir!
_ Ok je vais te la faire courte, l’histoire, pas ton petit oiseau bougre d’âne. L’Ether c’est l’essence de ce monde, l’alpha et l’oméga comme dirait l’autre. C’est pas un vieux barbus facétieux, juste de la matière légèrement visqueuse qui aime être manipulée par des doigts habiles… Quand j’y pense, c’est peut-être une femme?…
_ Concentrez-vous!
_ Ah oui pardon, je disais. L’éther pure est difficile à trouver mais il existe différents filons d’éther, spécifique à des objets de ce monde: la pyrite, la géonite et l’aquite. Les cristaux élémentaires se trouvent assez facilement et certains modeleurs peuvent même puiser la substance directement sur le terrain. Il y a aussi l’obscurite et la luminite, beaucoup plus rare. On peut les combiner différemment pour avoir des objets de qualité diverses, ou même provoquer des effets temporaires. Des créations tangible et des tempus versatile. L’inconvénient c’est pour porter tous ses cristaux, ça prend vite de la place et on risque de les perdre. L’état solide est le plus stable, ça évite les situations de tout a l’heure. La plupart des gens trimballent une bourse, mais sous forme de liquide, tu peux le stocker en bien plus grande quantité grâce à ce bracelet, le cristallyte.

Lars Penter relève sa manche et dévoile un cadran assez rétro, couleur cuivre avec une jauge horizontale en haut, un cercle au milieu  et trois larges barres verticale en bas. Le cercle est étrange, il est remplit par une pyramide divisé en 4 triangles équilatéraux: rouge en haut, bleu à gauche, vert à droit et cristallin au milieu. les deux bords  supérieur ronds sont noirs, aussi immaculé que le blanc dans le bord inférieur. Il le détache de son bras et me le tend.

“ Tiens voila tu en auras besoin à tes débuts.

_ Et vous? questionnais-je, un peu naïvement.

_ Oh t’en fais pas, c’est la base du modelage, la première technique qu’on apprend à l’institut des modeleurs. Quand tu progresseras, t’en feras un plus adapté ou améliorera celui-là. D’ailleurs pourquoi t’es pas allé voir là-bas directement plutôt que tout faire péter dans le verger royal?

_  J’avais la dalle et mon guide, dans sa grande omniscience, à voulus me laisser découvrir la cité et mes talents par moi-même, sans me préciser qu’il y avait une école de magie dans le coin, répondis-je au paroxysme de l’ironie.
_  Pas de la machie, coupa Lars,la bouche pleine de choucroute. Allez poge le cristallyte sur ton bras, comme moi.

_ Ouai l’Ether si tu veux, mais qu’est-ce que…! Le dos du bracelet éveille une sensation chaude et visqueuse lorsqu’il fusionne avec ma peau, il devient une sorte de tatouage en trois dimensions.

_ Du calme petit, ch’est juste pour l’éfficachité. Il suffira d’une pensée pour l’enlever. En attendant, il absorbera toute la quantité d’Ether que tu tiendras dans ta main si tu le dégires, et inverchement, il te les redistribuera lorsque tu en auras besoin.

_ Ah ouais, c’est comme un compte en banque quoi? Cent cristaux, vous êtes pas radin dis donc?
_ Evitons de te faire remarquer à nouveau, tu pourras payer tes premiers jours à l’institut… Ou les dépenser à la taverne, à vrai dire je m’en fous. Une dernière chose avant de partir, les runes. En gravant une sur tes créations, tu stabilises l’éther et ses capacités. Tu peux aussi dessiner sur quelque chose pour activer un tempus, qui se dissipera plus ou moins vite selon l’effet et l’ether que tu y injectes. Tiens je te montre.”

Le modeleur prend mon autre bras et le pose sur la table, il sort une baguette et dessine le chiffre huit barré perpendiculairement en son centre.
“Vous êtes sérieux, une baguette? Manque plus qu’un billet pour le Poudlard-express! Vous vous rendez compte que vous êtes un ramassis de clichés?

_ Et toi, un jeune couillon, bon tu m’écoutes? C’est pas tellement le motif qui compte, plutôt l’inspiration quand tu inscris la rune. Dessines ce qui te passe par la tête. Par contre évites de te graver les runes sur la peau, même si les cicatrices ça plait aux nanas, ça pompe vachement d’énergie… Et pas comme tu voudrais. C’est une rune de verrouillage, dit-il en désignant la figure sur mon poignet. Avec ça, tu pourras dormir comme un bébé ce soir, personne viendra fouiller dans ta chambre ou essayer de t’assassiner.
_ M’assass…. ?
_ Les modeleurs ça court pas les rues, sauf ici certes, mais on vit une époque difficile pour certains. Tiens prends la baguette aussi, c’est un petit concentré d’éther pur en barre. Un catalyseur pour diriger la puissance de tes prochaines créations. Rare sont ceux qui en ont une et moi je peux me débrouiller sans.”

Je reste perplexe, pourquoi tout ce cinéma? Je récupère la baguette et entre mes mains, elle prend la forme d’une petite cuillère, je la regarde amusé. L’objet le plus classe du monde pour arrêter les méchants:

“Une cuillère sonique! Héhé, manger, invoquer, taper, le couteau suisse magique des modeleurs! Ca a plus de gueule qu’une baguette, non? Dites pourquoi vous faites tout ça?

_je suis trop vieux pour ces conneries. Et puis on se reverra plutôt que tu ne le crois l’ami…”

Papy barbus se lève et se dirige vers la porte. Sur le chemin, il croise Berangèle. Il l’embrasse goulument en lui mettant une main ferme au fesse. Un grand éclat de rire résonne dans la salle alors que la choucroute me remonte le gosier. Je récupère mes affaires et monte a l’étage réfléchir à tout ça. Je regarde la rune sur mon bras gauche, et je me demande à propos de l’institut… Est-ce plutôt ambiance Harry Potter ou Professeur Xavier?… Bref, je verrai demain.


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •