Étiquette : amour

Chroniques de l’Hunfini – Le verger des muses

« Foutus végétation! A ce rythme il me faudra une bonne semaine pour rejoindre Flyrock. Mauvaise humeur est signe de grande soif. Va pour une petite pause. Ration me voila…» Je marche depuis plusieurs heures dans la boue et les feuilles me claquent le visage, une nouvelle aventure pour aller rencontrer un vieux barbus en…


Étiquettes:


Avec ou contre toi: quelle importance?

Choisir son camp, c’est un peu le grand but de notre vie. Devenir bon, devenir mauvais, s’isoler dans son coin. Quoique nous en pensions, nous avons évolué dans une société dualiste. Manichéennes certains diront (mais définir le monde selon le point de vue d’un auteur vieux de plusieurs siècles, c’est réduire énormément l’idée.).   «…




Nature, amours et connaissances: la recette du bonheur?

Quelques heures avant l’aube, ou bien avant qui sait? J’ai ouvert les yeux sur une grande prairie, un petit lopin de terre recouvert d’herbe et entouré d’arbres. Au milieux courait deux jeunes femmes l’une après l’autre. L’innocence de leurs jeux me fascinait. J’avais l’impression de les connaître depuis longtemps. Elles montraient une complicité fascinante. Derrière…




Le parcours de l’amant

L’amour… Franchement, je ne comprends pas. Tout le monde n’a que ça à la bouche, ou alors dans la tête. Peu importe la façon dont on le voit. Je regarde le monde et je vois tellement de choses, tellement de gens à découvrir, Plus qu’à aimer, à écouter, partager… Voila, c’est ça ! Peut-on réduire…




Quiconque m’est supérieur en un quelconque domaine

Au cours des dernières années, où j’ai eu beaucoup plus d’échanges avec les gens, j’ai remarqué très souvent une confusion dans nos conversations. Lorsque nous évoquons une idée, nous avons tendance à nous concentrer plus sur des mots que sur la phrase.   Définir la nature d’une idée.   Avec du recul, je me rends…




Chroniques de l’hunfini n°1: la matriarche

Cette nuit, j’ai fermé les yeux et j’ai imaginé une ile dans l’espace, une matrice- arche, une Matriarche… Rien de novateur, Peter Hamilton appelait ça un “habitat” dans l’aube de la nuit. Une sorte d’astéroïde creux doté de conscience qui grandit comme un arbre. Dans mon rêve j’étais un jeune enfant assis au milieu des…