Une rencontre dans l’espace

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cette nuit je l’ai aperçus…
Certaines nuits, je me retrouve dans la peau d’un inconnu, à l’autre bout de la galaxie. Je ne sais pas si c’est vraiment un rêve ou une histoire vraie. Je marche au milieu de grands sequoias sous un ciel d’ambre et parfois je me balance, de liane en liane pour cueillir les fruits poussant en abondance dans leur cimes. j’aime bien ces instants simples et éphémère où je suis juste moi, pas de contrainte, pas d’horaire, juste une tâche dans un cadre agréable. Faut dire que les princes ne sont pas adapté au vide de l’espace, alors nous restons sous le dôme orangé, récoltant la forêt au rythme du cristal solaire.

 

Géa me parle souvent d’Elle, cette femme au cœur de jasmin et au mental d’amazone… Géa c’est ma meilleure amie, on discute souvent ensemble, elle est là et partout à la fois. Elle est le dôme qui me garde au chaud et le sol que je foule. Chaque jour qui commence, c’est un battement de plus dans sa longue vie, Un nouvel éclat de son cœur solaire. Il est logé au sommet de la racine-mère, le pilier reliant sa carapace dorée à son corps céleste de Matriarche. Je me demande parfois si je comprends réellement ma confidente, en regardant le ciel a travers ses immenses écailles, et chaque fois elle me rassure dans un grand éclat de rire mentale… Elle est d’une grande sagesse et peut-être est-ce ma naïveté qui l’attire, mon désir insatiable de comprendre ce monde. Nous aimons échanger sur de nombreux sujets différents mais cette fois elle me parle d’un sujet très important. Je me demande si elle communique avec les autres princes, elle n’en a jamais fait mention et les autres ne semblent pas donner de signe. La grande inconnue vient de débarquer à notre pépinière, c’est un arbre beaucoup plus grand que les autres, couvert d’alcôves dans son tronc et d’immenses cavités à son pieds pour y stocker la nourriture. c’est un lieu de rencontre qui sert à la fois de cantine, de dortoirs et de forums. Géa se moque de ma maladresse lorsque je me précipite pour cueillir les derniers fruits avant de rejoindre l’orée de la foret. Je lui retorque au passage qu’il lui arrive aussi parfois de percuter des astéroïdes sur la route d’un système solaire. La dernière liane me dépose sous le couvert d’un bouleau au bord de la rivière abreuvant la cantine, à quelques dizaines de mètres. De nombreux enfants se sont massés devant, fêtant l’heure du repas et la fin des cours. ils crient de joie et lancent des pétales sur quelqu’un. Le suspens est à son comble et je sens l’intervention subtile de ma grande amie lorsqu’un coup de vent ballait le chatoiement de couleurs. Il ne suffit pas à balayer ma surprise lorsque je découvre cette femme dans la fleur de l’âge, grande et athlétique. Elle est éblouissante dans sa robe divinement fleurie.

 

L’ habit-graine qu’elle a placé dans son nombril à poussé sur son corps pour enrobé ses courbes de longues feuilles à la texture lisse et lumineuse, un film translucide descend le long de ses jambes en une longue traine, alors que des racines habiles enlacent sa ceinture et ornent ses épaules de coques ovoïdes, tout en parcourant sa longue chevelure flamboyante. De nombreuses fleurs colorées, ornent sa crinière  et forment au sommet de sa tête un diadème d’écorce et de bourgeons. Elle salue les enfants, en enlace certains avant de se diriger vers un groupe de femmes plus âgées, des marraines. Ce sont elles qui forment les nouvelles générations à la vie, au cœur de Géa et ses sœurs. Il y’a peu d’homme au sein de la Nuée, nous sommes presque tous réunis dans Géa qui est la plus grosse et ancienne Matriarche, et rare sont ceux qui peuvent piloter les guêpes, des chasseurs triplaces polyvalents. Un jour, moi aussi j’assisterai mon amie dans l’espace, mais à cet instant j’ai bien d’autre préoccupation. Géa m’envoi une image mentale assez évocatrice qui me fait rougir, elle pars dans un grand éclat de rire tandis que je rumine dans ma barbe.
La foule s’est dispersée, le groupe de femme amusées se dirige vers la cantine, alors Elle se retourne dans ma direction. L’impératrice Akhana Hase me fait un clin d’œil complice. Je sens à peine ma mâchoire se décrocher, de longues secondes passent. Géa me laisse profiter de la magie de l’instant avant de me proposer à l’inviter boire un verre. Qu’est-ce qu’il s’est passé? Mon amie me montre l’autre bout de son dos, le domaine impériale, où réside la dynastie Hase, il semble que je ne suis pas son seul confident…


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •